Français

Une contribution au Synode sur la synodalité 2023-24

Ce document est une contribution au Synode sur la synodalité de la part de divers individus, mouvements, groupes et réseaux de 35 pays, soucieux de porter nos réflexions et propositions à l’attention des participants au Synode sur la synodalité 2023-24.

Nous vous invitons à ajouter votre signature ou celle de votre groupe en bas ou en nous écrivant à : aci@australiancardijninstitute.org

Avec les laïcs dans leur vocation et leur mission dans le monde et l’Église

Introduction

Les laïcs représentent plus de 99,9% du « Peuple de Dieu » comme le Concile a caractérisé l’Église dans Lumen Gentium. Probablement 90% ou plus de la vie des laïcs est consacrée au travail, à l’éducation des familles, à la contribution aux communautés ou à la construction du Royaume de Dieu. D’où l’importance de ce que Joseph Cardijn a souvent caractérisé comme « l’apostolat des laïcs » accomplissant leur mission de construction et de transformation de leurs vies, communautés et du monde et l’importance ajoutée de ces mouvements, communautés et organisations qui promeuvent cet apostolat laïc.

L’Apostolat des laïcs

La vision de CARDIJN correspond étroitement à celle finalement incorporée dans Lumen Gentium, §31 :

[L]es laïcs, par leur vocation même, cherchent le royaume de Dieu en s’engageant dans les affaires temporelles et en les ordonnant selon le plan de Dieu. Ils vivent dans le monde, c’est-à-dire dans chacune et toutes les professions et occupations séculières. Ils vivent dans les circonstances ordinaires de la vie familiale et sociale… Ils sont appelés là par Dieu pour que, en exerçant leur fonction propre et guidés par l’esprit de l’Évangile, ils puissent travailler à la sanctification du monde de l’intérieur comme un levain. De cette façon, ils peuvent faire connaître le Christ aux autres, surtout par le témoignage d’une vie resplendissante de foi, d’espérance et de charité…

Cette vision est encore développée dans Gaudium et Spes §43, qui ajoute :

Les devoirs et activités séculiers appartiennent en particulier bien que non exclusivement aux laïcs. Par conséquent, agissant en tant que citoyens dans le monde, les laïcs doivent également savoir qu’il est généralement en fonction de leur conscience chrétienne bien formée, de voir que la loi divine est inscrite dans la vie de la cité terrestre… éclairé par la sagesse chrétienne et en prêtant une attention particulière à l’enseignement de l’Église, que le laïc assume son propre rôle distinctif.

À son tour, Apostolicam Actuositatem réitère cette compréhension et souligne la nécessité d’une formation pour cet Apostolat laïc, louant le travail de ces mouvements, communautés et organisations dévouées à sa promotion. En effet, §26 du décret insiste sur la nécessité d’incorporer le travail de ces mouvements, communautés et organisations dans le travail de l’Église par le biais de conseils établis au niveau diocésain, national et mondial. En particulier, il appelle à l’établissement « d’un secrétariat spécial » « au Saint-Siège pour le service et la promotion de l’Apostolat des laïcs » dans lequel « les divers mouvements… de l’apostolat des laïcs à travers le monde devraient également être représentés. »

Réalité

Paradoxalement, malgré cette claire approbation de l’apostolat des laïcs par les Pères du Concile, le concept d’ « apostolat des laïcs » a largement disparu du vocabulaire de l’Église, en particulier en anglais, où il a été remplacé par une emphase croissante sur le « ministère », y compris le « ministère laïc ». Et pourtant, il est clair que le « ministère » dans les documents du Vatican II se rapporte principalement au ministère ordonné¹[1]. Dans un autre paradoxe, malgré la croissance impressionnante du nombre de théologiens laïcs dans le monde, l’étude de l’apostolat des laïcs par les théologiens semble avoir peu progressé depuis le Concile²[2].

Encore plus préoccupant est le déclin également paradoxal depuis le Concile de nombreux mouvements dévoués à l’apostolat des laïcs. A côté de cela, nous avons assisté à l’essor de nombreux mouvements plus ouvertement « spirituels » qui semblent parfois manquer de la dimension sociale des mouvements d’apostolat des laïcs. Nous notons en particulier que les dispositions d’Apostolicam Actuositatem §26 restent largement non mises en œuvre, notamment en ce qui concerne l’établissement de structures participatives pour les mouvements laïcs. Même le Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, établi en 2016 ne prévoit pas cela.

Dans ce contexte, nous notons la dissolution de la Conférence des Organisations Internationales Catholiques en 2008, une conférence qui rassemblait de nombreux mouvements et organisations internationaux les plus responsables de la promotion de l’apostolat des laïcs. Il n’existe donc plus aucun organisme qui représente ou défende les organisations laïques auprès de l’Église universelle. Les conséquences de cela, nous le croyons, sont particulièrement visibles dans le manque de participation des mouvements laïcs internationaux à la première assemblée du Synode sur la synodalité.

Réflexion

Les théologiens parlent souvent de la « réception » ou de la « non-réception » d’un enseignement particulier de l’Église ou d’un Concile. Ici, nous observons avec regret que l’enseignement du Vatican II sur l’apostolat des laïcs et le rôle des mouvements laïcs ne semble pas avoir été reçu dans la mesure où les Pères du Concile – et les auditeurs laïcs qui ont participé à la rédaction des documents du Concile – l’auraient envisagé et souhaité. Si la compréhension post-conciliaire du « ministère laïc » est sans aucun doute un développement positif, nous sommes néanmoins très préoccupés qu’elle semble avoir obscurci et éclipsé la compréhension de l’Église de « l’apostolat des laïcs » « propre » aux laïcs.

Nous déplorons le déclin des mouvements d’apostolat des laïcs et nous exprimons notre inquiétude quant à l’absence d’une organisation succédant à la Conférence des Organisations internationales Catholiques (OIC). Nous pensons qu’il y a un besoin urgent d’une attention renouvelée et d’une réception des enseignements du Concile sur l’apostolat des laïcs.

Nous notons que l’Instrumentum Laboris pour la première assemblée soulève de nombreuses questions relatives aux mouvements, organisations et communautés laïques. Nous pensons qu’il est contraire à la notion de synodalité comprise comme « marcher ensemble » que ces questions soient abordées en l’absence de tant de mouvements laïques.

Résolution

Nous appelons les participants au Synode sur la Synodalité à réfléchir profondément sur les développements ci-dessus.

Nous exprimons l’espoir que des changements seront apportés pour assurer une représentation beaucoup plus large des mouvements, communautés et organisations laïques internationaux lors de la deuxième assemblée du Synode.

Nous appelons les participants au Synode, en particulier ses participants laïcs, à s’exprimer avec force sur les questions ci-dessus et à veiller à ce que des mesures soient proposées pour relever ces défis, y compris en particulier la promotion de l’apostolat des laïcs et le développement de structures représentant les laïcs, leurs mouvements et communautés à tous les niveaux de l’Église.

Construisons ensemble une Église qui marche avec les gens ordinaires dans les luttes de leur vie quotidienne au travail, dans leurs familles et dans la communauté.

Cardijn Community InternationalJeunesse Ouvrière Chrétienne Internationale, Australian Cardijn Institute, Cardijn Associates USA, National Center of the Laity USA, Cardijn Community AustraliaWoori Theology Institute Seoul KoreaAsian Lay Leaders Forum, et d’autres listés ici.

1er octobre 2023

Fête de Sainte Thérèse de Lisieux, patronne de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne et de l’Action Catholique Spécialisée